Nous contacter         FR EN

Accueil Actualités Actualités Les bactéries dans le bâtiment

Les bactéries dans le bâtiment

Dossiers techniques

Nous savons tous que le risque bactériologique est l’un des grands enjeux d’aujourd’hui et de demain. Et ce que nous savons moins, c’est que ce risque concerne aussi les réseaux hydrauliques des bâtiments.

C’est la raison pour laquelle, il nous a semblé intéressant de faire un tour d’horizon des bactéries qui peuplent nos canalisations, de leur mode de prolifération et des moyens de se prémunir de celles qui nous sont néfastes. C’est tout l’objet du livre blanc intitulé "Gestion bactériologique des réseaux d’eau dans les bâtiments" (à télécharger ici) que nous avons conçu en collaboration avec le laboratoire LCFM. En voici les principaux enseignements.

Livre Blanc

Les différentes bactéries

Il existe trois principaux types de bactéries :

  • Les bactéries pathogènes : il s’agit des bactéries susceptibles de provoquer des maladies.
  • Les bactéries commensales : on parle ici des micro-organismes qui se trouvent dans un milieu sans lui causer de dommages.
  • Les bactéries inscrites dans notre patrimoine : il s’agit des mitochondries, autrement dit des petites structures présentes dans les cellules de tous les organismes eucaryotes.

De nombreuses bactéries sont présentes dans les réseaux d’eau des bâtiments, qu’il s’agisse des logements, des ERP (établissements recevant du public) et notamment des hôpitaux, ou encore des hôtels, des EPHAD, etc.

Ainsi retrouve-t’on dans les circuits hydrauliques des bâtiments deux catégories de bactéries susceptibles de poser problème :

  • Les bactéries dangereuses pour notre santé : il peut s’agir de bactéries pathogènes telles que la legionella pneumophila et les pseudomononas aeruginosa, ou encore d’une prolifération non maîtrisée de bactéries commensales comme les coliformes et escherichia coli.
  • Les bactéries néfastes pour les circuits hydrauliques : il s’agit ici du phénomène de biocorrosion, provoqué par des Bactéries Sulfato-Réductrices (BSR) et ferrugineuses (IRB).

Chaque établissement va avoir des désordres bactériologiques différents :

  • Les hôpitaux : legionella pneumophila, pseudomonas aeruginosa, staphylocoques, BSR
  • Les spa / balnéo : legionella pneumophila, pseudomonas aeruginosa
  • Les logements : legionella pneumophila, BSR

 
L'analyse d’eau

Dans tous les cas, l’analyse d’eau, qu’il s’agisse d’analyse de routine ou d’analyse plus complète, sera nécessaire pour évaluer la qualité de l’eau dans les réseaux des bâtiments et repérer la raison d’éventuels désordres de l’eau. L’analyse d’eau permettra de prendre ensuite les mesures les plus adaptées pour retrouver un équilibre bactériologique. La méthode d'analyse varie selon le type de bactérie à étudier.

L'analyse des coliformes et escherichia coli :
Cette analyse entre dans le cadre des analyses sur la potabilité de l'eau, conformément à la norme NF EN ISO 9308-1. Elle intervient en 2 étapes après prélèvement d’un échantillon d’eau.

  • Etape 1 : ensemencement par filtration de 100 mL d’un échantillon d’eau pendant 21 heures à 36 °C, puis prolongation à 44 heures.
  • Etape 2 : repiquage et confirmation à travers 2 tests : le test oxidase et le test indole.

L'analyse des legionella spp et des legionella pneumophila :

L'analyse de ce bacille à gram négatif aérobie stricte intervient dans le cadre d’analyses d’eau plus complètes et répond à la norme NF T 90-431. Elle se déroule en 3 phases :

  • Etape 1 : ensemencement en direct.
  • Etape 2 : deux ensemencements après filtration.
  • Etape 3 : tests de repiquage et de confirmation.